Ce matin, IL n'est pas au rendez-vous qu'il honore avec constance, mais aussi et surtout souffrance, depuis des semaines et des semaines. En tout début de matinée, IL a dû rallier le centre hospitalier de La Roche/Yon en urgence, sa grande carcasse osseuse rongée par le mal, son sang à ce point vicié qu'il n'est plus la source de vie indispensable sans laquelle LE combat ne saurait être victorieux.

2 miséreux millions de globules rouges, 8 d'hémoglobine, 45 000 plaquettes quand elles devraient se compter 150 à 200 000... son sang est en train de l'abandonner. L'hospitalisation qu'il appelait de ses voeux depuis plusieurs jours déjà, sans être entendu par ses médecins, faute de lit disponible, est, aujourd'hui, inévitable. Et l'urgence d'un apport sanguin s'impose comme la priorité.

A l'heure qu'il est, Pascal se voit administrer le liquide vital. Du sang neuf pour régénérer un organisme qui n'entend pas s'avouer vaincu. La morphine, administrée depuis quelques jours pour rendre la douleur tout juste supportable, provoque une certaine confusion dans son esprit. Sa lucidité en est quelque peu affectée, mais un ajustement du dosage devrait lui permettre de redonner à la flamme toute sa vigeur et son intensité.

Pour l'heure, l'hospitalisation reste précaire. Pas sûr qu'il puisse disposer d'un lit dans le service d'hématologie. Pas sûr qu'il puisse être accueilli à Nantes avant un ou deux jours. Mais La Roche prend soin de LUI, avant que de l'acheminer à la première ouverture possible vers Nantes. D'aucuns s'activent, en coulisse, pour alerter le Professeur Moreau, pour que son accueil dans un service où il se sait dans les meilleures mains puisse s'opérer dans les plus brefs délais, pour la molécule puisse ENFIN lui être administrée.

D'aucunes sont auprès de lui pour veiller avec tendresse et dévouement...

Un autre reprend, à la demande de son quasi frère de sang, le masque de Porte-plume, pour prolonger le fil qui le relie à vous tous et vous toutes...

Le miracle de la vie, c'est ça... Un fil si tenu qu'on le voit prêt à rompre à tout moment, alors qu'il puise dans l'amour et l'amitié une force indestructible !

Sang pour sang, d'accord avec toi Pascal, c'est pas demain la veille que je te verrai renoncer !

LE PORTE-PLUME

News à suivre, bien sûr !