Cassé, mieux que ça , coupé en deux......Coupé en deux au niveau du diaphragme, avec impossibilité de la moindre toux, du moindre éternuement sans risquer de m'exploser en deux, et me faire tordre d'une douleur, qui me prend dés le matin, et encore plus ce matin.

Je ne sais pas ce qui se passe. En dessous de ces douleurs me sens toujours aussi bien, sauf que là j'ai l'impression qu'a la place du diaphragme on m'a mis un cercle en fer...

Je me couche assis, évite de bouger mais chaque jour un peu plus, le réveil, ce fait plus pénible.

La morphine fait guère d'effet sauf de m'endormir et m'assoupir.Et  puis je m'en fous, j'ai besoin d'un truc qui serait plus de l'ordre du décontractant qu'autre chose.

J'ai besoin aussi que le rendez vous avec ce  "putain d'IRM" soit fixé au plus vite, pour qu'on me dise où en est ce squelette, et si c'est lui via des micro fractures qui me fait souffrir, ou si il s'agit de pincement de nerfs qui provoque ces terribles douleurs.

Dans deux heures je me précipiterai, sur le téléphone pour crier, au centre anti douleurs, ma souffrance, leur dire stop, leur dire : "maintenant j'ai mal on rigole plus.."

Je ne vous parlerai pas pour ne pas en rajouter, des dégâts collatéraux de toutes ces merdes, même si à l'intérieur de tout cela, j'arrive a capter des petits moment de bonheur fugace, comme des puits de jour qui percent le ciel plombé d'un avenir de plus en plus difficile a imaginer, malgré un optimisme sans faille.

Ah oui! C'est quoi, la phrase?

Tant qu'il y a de la vie , il y a de l'espoir ?

Alors : "y a encore de la vie!!!!!"