J'ai du mal pour le titre de ce post, peut être parce qu'il est très différent des autres.

Je ne sais pas vraiment ce qui se passe, si ce n'est que je suis rentré dans une autre dimension, celle du non contrôle, celle où plus rien ne t'appartient, celle où ton énergie ne suffit plus, celle où quoique tu fasses tu n'as plus les cartes en mains.

Rassurez vous je ne suis pas entrain de lâcher ou craquer, mêmes si plein d'indices plaident contre moi:

Indicateurs sanguins

Douleurs osseuses

Plus de chimio adaptée

Pic qui monte

Médecins dans l'incompréhension, enfin sans formule miracle....

Bref une lente plongée inéxorable qui te fait prendre conscience froidement que ça sent pas bon l'écurie.

Je ne plonge pas, je tiens, le courrier au président, à l'affssaps sont envoyés, la presse est dans les starting block pour relayer mon souhait de pouvoir recevoir cette nouvelle molécule qui même si elle ne sera pas salvatrice , semble être un moyen (avec d'autres médocs associés) de pouvoir maintenir la maladie à distance, à un niveau bas, en attendant que la science progresse.

Il faut prendre conscience que même si ce matin je faisais deux heures de marche sans douleur, cette nuit vers deux heures je serai à 120% de douleurs et devrai me shooter à la morphine, et demain je remarcherai , le midi je mangerai avec des amis et dégusterai de grands vins, dans l'aprés midi mes douleurs d'épaules reprendront progressivement, tel est mon quotidien.

Bien sûr je travaillerai, car j'ai pris du retard, sur les corrections du livre, je rappellerai Antony pour finaliser le tee shirt pour Fuck the crab, j'essairai d'oublier qu'il y a quelques mois je disais que je ne risquais rien, car je n'avais pas un truc du genre cancer du pancréas qui t'expose en pleine gueule en trois mois, j'essairai de convaincre certains, certaine que peu, peut m'apporter beaucoup, que même si la vie est toujours là, se préparer au pire,est primordial.

Beaucoup me disent que vis à vis de mes proches , il ne faut pas dire ça , désolé c 'est ma façon à moi de préparer tout le monde à ce qui semble être une logique et une fatalité, mais je le fais la tête haute, toujours prêt à n'importe quel défi, ne pensant à aucune seconde que tout peut s'arrêter là, de suite .

Car malgré mes propos que vous jugerez surement pessimistes, ils ne le sont pas du tout. C'est pour moi un juste exercice de lucidité qui m'empêche de mal penser, et laisser tomber.

Et pour reprendre une chanson:

Pourtant la vie est là 

La vie simple et tranquillel

Peut être , mais je ne peux pas 

être immobile...