Cela fait plus d'un mois maintenant que la bête s'est rappelée, au cas où on l'ait oubliée à nos bons souvenirs. Je dis "nos" volontairement, sachant que cette maladie a le grand talent de venir polluer ou détruire tout ceux qui s' en approcherait.

On pourrait la croire insidieuse, fourbe, tapie dans l'ombre.Non! Rien de tout cela, elle s'affiche fièrement aux yeux de tous, sans avoir aucune honte a frapper tout ce qui bouge ou ne bouge pas, ceux qui y croient ou n'y croient pas.

Elle devient selon le contexte :ennemie jurée, complice d'une mort potentielle, excuses aux oublis, caution des séparations, support de douleurs, coach en réflexion sur le sens de la vie, bref, elle est polyforme.

Aujourd'hui pour moi, elle n'est que douleurs, des douleurs osseuses permanentes me rappelant sans cesse sa puissance a croitre, m'empêchant tout repos, tout lâcher prise, exposant en permanence ma souffrance aux yeux de mes proches.

Me sentant battant, ne voulant rien lâcher, surprise qu'elle est, de découvrir mon cancer de vie, elle vient attaquer de la manière la plus abjecte qui soit.

Elle vient toucher ce que j'ai de plus cher, mon entourage. A sa façon, elle leur montre qu'elle est aussi en eux, qu'elle peut aussi se venger. Alors elle leur fait percevoir et voir sa puissance, les amène a penser que la facilité serait aussi de me laisser, suis même certain qu'elle à la capacité de leur faire croire que ce serait m'aider et s'aider que de passer dans son camp et penser comme elle.

Sauf, sauf, qu'aujourd'hui encore, au delà de ces douleurs, je me sens très bien....!!!!???

Oui, étrange paradoxe, ou signe d'une embellie avant la fin (lol), sous ces douleurs, je me sens très bien, sans fatigue, prêt a remettre la machine action dés que la pression osseuse m'aurait lâchée.

J'ai fini un cycle de  4 chimios mardi les doigts dans le nez (je préfèrerai vous dire le contraire), mais visiblement la maladie croit toujours, et ce traitement est inefficace.

La chance dans tout ça: je refais du sang et mes indicateurs me permettent (jusqu'à quand) de pouvoir recevoir d'autres chimies.

Mardi je vais voir la référence des références (française et mondiale) en hématologie, le docteur Moreau de Nantes, sur lesquel on testera pour l'occasion quelques surnoms:

l'espoir

la bouée

l'antidote

le sauveur

...vous en avez d'autres?

Faisons lui confiance, ça devrait pas être trop dur....

J'ai juste mal ...