Sylvie

 


Tu n'as pas sommeil
tu rêves et tu veilles
t'es toute écorchée
T'es comme un amour triste
perdu sur la piste
de mes souffrances imaginées. 
La nuit sans lethal
tombant comme fatale
sur ton lit isolé
surtout se dire que
soleil et sourire
sont juste à coté.

Les murs de ton jeune age
tes portes sans cage
ta mémoire et ses clés 
Cette solitude 
si dure et si rude
que je peux la toucher


Ces rayon de "lumieres"
sur mon corps offert 
Visage irradié 
de celui que t'aimes
qui brise sa chaîne
pour être à côté.

Sylvie faut pas craquer
Sylvie faut s'accrocher 
Tu sais suis juste touché là,
Et puis ils m'ont pas encore enfermé 

Sylvie faut pas pleurer
Sylvie faut pas trembler
Je sais, tu veux rester là
rêvant te réveiller, et me savoir réparé 

Je te dis je t'aime
dans ce court poème
qui n'est qu'un baiser
Tu es imagine 
juste la féminine
que j'avais rêvée.
Je te donne ma force
mes mots et mes espoirs
pour te réchauffer
Je haie la maladie
les chambres principales
mes jours d'arrêt

Je n'ai pas sommeil
je te pense et surveille
et j'ai composé
cette chanson détournée.

Une chanson d'amour
une chanson toujours
pour être à côté,
pour pas qu'on regrettte

d'avoir tout tenté
 dans les oubliettes

de nos nuits séparées,
pendant que des gens dorment
ensemble et  conformes
sans se réveiller.

Sylvie faut pas craquer
Sylvie faut pas plonger

Je sais, tout est fait là

pour nous séparer

Sylvie tu peux pleurer
Sylvie tu peux trembler
Tu sais, je suis là à côté
juste là sous le soleil qu'on s'est préparé...