Bon comme promis le blog reprend son rythme, alors allons y pour ce qui s'est passé mardi matin à l'hosto .

Depuis que je suis rentré de cette semaine "inhospitalière", j'avais besoin de souffler un peu et m'accoutumer à ce nouveau protocole chimio avec lequel suis pas encore calé.

C'est parti donc pour un nouvel épisode, d’une de mes rencontres en chambre avec Bribri.

Je vous vois déjà venir , « vous vos bergers zé vos chiens », me dire : « et bien il en parle beaucoup de son hémato »…genre, il l‘aime bien , plus le clin d‘œil à la con et lourdingue du faux complice…

Oui , c’est vrai , je l’aime bien , car c’est une grande pro!

Pour le reste trouvez un autre client.

Au cas où certains et taines ne le saurez pas , « l’hyper centre de mes fixations » s’appelle Marie!

Venons en au fait.

J’avais donc droit mardi à mon myélogramme, qui consiste a prélever de la moelle, en général du côté du sternum , mais vu que la « bribri m’avait irradié » le sternum, un an plus tôt, on devait plutôt aller vers les hanches (côté iliaque), connues pour plus de dureté surtout chez les sportifs……

Donc augmentant le difficulté a enfoncer la seringue et en remonter la substantifique moelle, pardon , que dis je ???…Quintessence…

Il y avait avec la Patronne, un petit orchestre (interne référent , externes, pour assister et participer à la plaisanterie ), rajouter à cela mon voisin de chambre que je nommerai avec enthousiasme comme meilleur compagnon de chambrée jamais rencontré…Situons le par ses initiales CD , même si avec celles ci on pourrait croire a une connaissance de la musique , il découvrait une nouveauté, toute fraiche sortie des bacs, dont le titre pourrait être :

Ohhh, ma chimio oh oh , tou é la plus belle des chimio oh ….etc etc.(sur l’air de « oh mon bateau »)

Donc , voilà pour les acteurs, en présence, et moi-même bien sûr , celui à qui on devait faire un prélèvement douloureux et pas très long (genre 15 min…)

Concernant la procédure normale a suivre dans ce genre d’examen et la logique de travail:

Champ stérile organisé sur mon bas ventre (oh oui oh oui…, juste là ou d‘habitude on peut mettre les œufs sur le plat ou les hashbrown patatoes….)

C’est un exercice où l’on fait passer des émissaires avant pour vous préparer psychologiquement, car ça peut être douloureux.

Le voisin de chambre doit se tenir à l’écart (mais il a le droit de rester ), car assister à la douleur de son voisin, c pas top , sauf dans la cas d’un pervers , ce qui n’est pas la cas de mon voisin .

Donc en gros , le malade doit en chier, l’interne qui se doit de faire le geste sous le contrôle de la patronne(logique il est en formation), a forcément un peu la pression, mais visiblement celui là, est d’un autre niveau que certains croisés aux urgences le dimanche après midi par exemple.

Et puis de toutes façons Bribri , elle ne peut travailler avec des charlots , en plus c’est elle-même qui les forme, alors la médiocrité n’est plus dans son vocabulaire depuis longtemps.

Le positionnement:

Moi dans le lit, à ma gauche eric (interne) face a moi sur le gauche une jeunette bouse blanche, dont je ne connais pas le rôle (charcutière stagiaire à la boucherie sans os?) , face à moi , la Bribri, face a Eric, donc sur ma droite l’externe, et à l’extrême droite mon voisin de cordée.

Avant de démarrer , juste une petite précision ;

Depuis que j’ai eu mes douleurs aux côtes et sternum il y a trois ans , je ne pourrai jamais connaitre de douleurs plus fortes , alors c vrai qu’aujourd’hui , je suis devenu un vrai dur au mal , non par frime, genre « même pas mal », mais parce que , même ces trucs là me font même pas peur, c’est douloureux certes , mais pas de quoi non plus en faire des caisses.

(la suite au prochain numero)