Iséo : son lac, sa neige... et son hôpital avec des chambres à quatre malades...

Iséo : son lac, sa neige... et son Grand qu'a le moral dans les chaussettes qu'on lui a retirées, alité qu'il est dans un lit transalpin.

La fièvre est tombée. Le mercure affichait 37,9° ce dimanche matin. Les premiers examens sanguins ont été rassurants. La radio pulmonaire n'a rien révélé de méchant, mais le Lion reste en cage, une cage à quatre qui n'est guère du goût du Grand Fauve.

Pas question, pour l'heure de rapatriement sanitaire via Europe Assitance ! Parce que les médecins transalpins sont trop contents de pouvoir examiner un spécimen de Rémois croisé Beauceron matiné Sablais et épicé Sarthois. Z'avaient sans doute trop peur que notre Grand saute dans le premier transport venu pour rallier dare dare les Sables-d'Olonne, histoire de savourer aux côtés du Mich' circumnavigateur émérite son triomphe. Faut en convenir, question pronostic, le Pascal est plutôt doué ! Moins pour les évasions de centres d'internement ialiens.

Mais le Douce Marie semble confiante! Hormis un moral au plus bas, son Grand se refait la chique. Demain lundi, il en saura un peu plus sur ses perspectives de reconduite à la frontière...

Iséo : son lac, sa neige, sa Douce Marie, son Grand Fauve, son hôpital, ses chambres à quatre lits, sa fièvre du samedi soir, son Vendée Globe si lointain...

L'imposteur masqué