Sinon, comment je vais ? C'est ça ?
Et bien je vous dirai ça dans deux trois jours, dés que la nouvelle chimie commencera a me passer dans le sang!
Pour l'instant je stocke du gras pour passer l'hiver.

Non! Oubliez de suite ce qui vient de vous traverser l'esprit, on n'est pas entrain de me farcir (j'ai pas dit fourrer) pour que j'apparaisse sous mes plus beaux atours pour Nöel...Encore moins de me glisser quelques marrons, sachant qu'au delà de deux ça devient de la gourmandise....
Il y a quelques jours, j'avais décidé de me mettre au "sec", mais 3 évènements majeurs sont venus perturber,l'engagement en carton pâte que je m' étais fixé.

VENDREDI :  

J'étais censé faire des photos pour les habits de lumière à Epernay, ce que j'ai fait, mais ensuite j'ai posé l'appareil photo pour goûter aux diférentes boissons fermentées servies ce jour là.


SAMEDI:


Je devais faire une pose le midi car j'avais une soirée chez une somnanbule, et là, crac ou paf!

J'avais pris rv avec une amie pour travailler en mangeant une bricole à midi, et elle débarque avec son Neuneulogue de mari...La bricole a pris une autre dimension, j'ai "bricolé "quelques restes" pour un beau plat de pâtes, st jacques, cêpes et foie gras....Avec quelques fioles a boire, genre grand blanc de chez vie di romans (frioul), montepulciano d'abbruzes 2003 de masciarelli (abbruzes)pour accompagner deux magnifiques Pecorino dont un au poivre, et un côteau du layon pour se finir sur le tiramisu...Hips! Conclusion la pause du midi pour préserver la suite a venir: à la trappe! 


Le soir donc, une trés sympathique invitation, nous avait emmené dans la Pampa, où le gugusse de Montauban que j'étais a failli se perdre...Certes la souris d'agneau en tajine avait perdue un peu de sa superbe à cause d'une cuisson à l'étouffée qui l'avait presque étouffée . Elle était trés bonne, cette souris, de toute façon la souris c'est comme le rat , même mort si c'est bien cuit ça reste bon....wouahhhhhhhhhhhhhhh!!!!!!
Sinon Béné, pour la cave, change rien, invite plus souvent, on va s'en occuper...Bollinger c' était comme Paris ce sera toujours Bollinger. Quant au chateau Talbot, il ne nous avait  pas empêché de reprendre la voiture, et le porto tawny (towny c'est pas le prénom, je dis ça car des buveuses de coca me lisent), nous a permis de conforter l'adage bien connu:

Un Porto tous pour un...C'est Athos qui me l' a dit!


Voilà, on rigole, on rigole mais demain ce sera chimio time!
Alors ce qui va me faire gonfler, ce ne sont plus mes agapes, mais la cortisone; une autre façon moins géniale et moins conviviale de prendre du poids.
M'enfin, je vais quand même pas vous dire que j'ai les boules...en période de Noël, ce serait d'une banalité....