Ma différence essentielle avec les marins du Vendée globe , c'est qu'ils ont choisis leur aventure. Mon aventure à moi, elle m'a choisie.
Certes ce "parallèle" avec le vendée globe me laisse la porte ouverte à un mauvais jeu de mot et me permet de retrouver quelques secondes la rock and roll "latitude".

Pour le reste, c'est pas la joie, depuis quelques temps c'est un peu la fuite en avant.
Depuis les séances de rayons, les douleurs , même si moins présentes sont toujours là, le pic qui remonte et la confirmation que deux vertèbres sont touchées ont quelque peu entamé mon moral.
Hier l' hémato m'a confirmé le démarrage le 15 décembre d'un nouveau traitement chimio avec le Revlimid en cachet.
J'appréhende et ne peu m'empêcher de penser aux jours anciens , si chers à Verlaine.
Tout le monde (enfin les initiés ) savent que le revlimid "semblent" avoir des résultats, mais savent aussi que c'est aujourd'hui le seul truc qui marche...Ce qui veut dire que, si le pic monte encore dans trois quatre mois, il n'y a rien en vue aprés pour endiguer cette maladie....
Oups!
Alors vous imaginez:
l' hiver qui arrive , ce traitement qui va me diminuer, un premier Noêl qui se fera surement sans les enfants...merde les jours anciens reviennent...
Rajoutez à cela que j' avais retrouvé une vraie dynamique pro et de prometteurs contrats potentiels en photo et me voila dans l'impossibilité de m'engager, coincé que je suis par un avenir incertain.
Alors, vous comprenez maintenant ce parallèle avec la mer, car moi aussi je suis, avec cette maladie, dans le pot au noir, où les périodes de tempête succèdent à des périodes de calme.
Reste a tenir la barre, le cap, même si j'apprécierai assez que par rapport à ma situation actuelle, mon tour du monde à moi commence a se faire à l'envers...