Attention, écartez la famille, les âmes sensibles et ceux ou celles qui pensent avoir quelques sentiments; on va être dans le décalé, tendance beaucoup de recul, douzième degré et autodérision, à peine feinte.

Ce post est né d'une énième réflexion sur mon état de santé, par une relation de passage...
Précisions toutes fraîches , le pic est remonté à 8, les séances de rayon viennent de se terminer avec des douleurs encore présentes, un IRM vendredi confirmera qu'une vertèbre est aussi touchée, qu'une deuxième dose de rayon sera envisagée et qu'un protocole chimio se présente à l'horizon.....avec le fameux revlimid qui te baisse ton stade d'immunité et t'expose à des fièvres genre 41 degrés...(cf fin 2007 et debut 2008).
Donc tout va bien!
La plupart du temps ça se passe comme ça:
"bonjour Pascal, ça me fait plaisir de te voir (jamais vu depuis le début de ma maladie), je suis content de te voir avec cette bonne mine, j'ai appris que ça allait mieux etc etc...."
Tu lui expliques rapidement que c'est pas si top que ça, mais vu ce que j'ai déjà vécu, j'ai droit à:
"t'es un mec solide toi,avec tout ce que tu as vécu, t'as un moral exceptionnel, tu t'en sortiras, tu t'en sors toujours et autres lieux communs liés à l'être exceptionnel de courage que je semble être..."
Sauf que là à l'heure où je vous écris, mon dos ne supporte pas le contact avec le canapé et les douleurs pectorales me brûlent...
Donc si j'ai bien compris , je vais pas mourir de suite car je suis d'une formidable constitution. Je suis assez content de ça , c'est ma nouvelle fierté à moi, l'éternel affectif en attente de compliments : je meure avec talent, classe, élégance, courage.Toutcourage.Tout le monde s'accorde a dire et vanter les mérites d'une tonicité, d'une vitalité et d'un dynamisme à nuls autres comparables.

Cercueil_coul

Ce sera bien l'enterrement, on aura plaisir a y aller et a connaître un mec qui s'était bonifié en mourant....Enfin moi je trouve pas ça brillant , je vois plutôt de la lacheté a changer quand ça sent le sapin , sous la pression d'une issue fatale.

Je sais plus qui disait, je veux mourir de mon vivant, ou je veux pas mourir malade? Moi je veux pas mourir du tout ou alors de suite là, immédiatement sans souffrir et ce, sans passer par le stade légumes à pot au feu.
Pourquoi je vous dis ça, au fait ? Sais pas ! P'tèt que j'vé pas bien! P'tèt que j'en ai ras le bol ? P'tèt que je sens pas les choses et que j'en ai marre d' être l'élu du grand concours " les baisés comptez vous" ou "amis de la sodomie bonsoir ".
Le mec en blanc barbu , la haut ! Tu t'es gourré de casting ! Maintenant il faut me lâcher!
Et tout de suite! Je vais pas être obligé de monter....