Oui, ça faisait longtemps que j'avais fait un "à peu prés", alors je vous le lâche:
Louis XIV, le roi soleil, vous voyez pas? Réfléchissez un peu, soleil , rayons ...ah, quand même, vous avez mis du temps, a comprendre.
Donc je sors tout juste de ma bronzette , thermostat douze , à 120 degrés et couvrir a mi cuisson. Rajoutez ensuite les légumes pour une cuisson a découvert ou avec couvercle au cas oû ça se passe mal avec le légume potentiel...
Non, je déconne, ça fait pas mal, sauf quand il pique avec la fourchette pour savoir si il y a cuisson à coeur.

Bon aujourd'hui, "colino le cancéro"; il est sérieux lui, ça plaisante pas, bon vaut mieux ça qu'un faux professionnel qui te tape sur l'épaule , faussement décontracté en s'appuyant sur un :"ça va aller mr Foucher solide comme vous êtes..."J'en connais un, un jour qui a fait sa à mon pére.Il est mort .....mon père!

Et l'autre il vit ce con.
Enfin, parlons de choses plus gaies, j'ai eu des explications et des images sur ce qu'ils me font.
En fait les problèmes de réglages qu'ils ont eu, sont liés à un protocole que peu de cliniques pratiquent, vu que ça les emmerde.
En gros, ils se donnent une tolérence de travail des rayons plus précises, ce qui donne une plus grande dificulté a caler la machine, dans le cas où je puisse avoir le moindre mouvement parasite, même dans le cas d'une respiration plus forte que la précédente.
Habituellement il travail en tunnel sans s'embêter (irradiation en même temps du sternum , du coeur et de la vertèbre dans l'axe donc de la moelle épinière par la même.Dans mon cas , ils  travaillent majoritairement sur le sternum
Et visiblement c'est là qu'il y a problème , car si demain ils avaient a irradier ma vertébre, ils ne pourraient  revenir sur la moelle (epiniére), car celle ci une fois touchée ne peut subir une autre irradiation et ce, ad vitam eternam.
Si vous comprenez pas, moi j'ai compris et je veux pas en savoir plus, je serai capable de croire que j'ai une grosse merde de cancer...
Mon état et mes mouvements deviennent plus faciles même si la douleur est encore là. Pour le cancéro dans un mois ça devrait être un mauvais souvenir, sachant qu'il me reste trois séances et que l'impact des rayons fait encore effet trois semaines plus tard.
Aprés ce sera retour à l'étude de mon pic et ça c'est une autre histoire...

Je vous laisse , je rentre à Versailles