Nouvelles plutôt fraîches (2°celsius) du front hospitalier...

La nuit n'a pas été aussi câline qu'un Grand en manque aurait pu le souhaiter. Elle a même été, à l'en croire, une nuit franchement de merde... Vous imaginez bien que le moral s'en ressent. Notre Pascal n'a pas la tête à fanfaronner, ni à se la jouer "même pas mort". Il fait profil bas et s'en remet au personnel hospitalier pour que ça passe vite. Mais il craint que son ticket de séjour ne soit prolongé de quelques jours de plus.

Points positifs : il a un voisin de chambrée "plutôt sympa" et une fois n'est pas coûtume "une grande chambre".

Oui, je sais, d'aucuns diront qu'on se console comme on peut et en l'occurrence de bien peu...

J'ai fait une lecture rapide de tous vos messages. Je dois vous avouer qu'il s'en fout, mais alors à un point que...il s'en fout comme de sa première carte de France... EUH... en fait, j'ai p't êt'e pas bien interpréter les sanglots longs de l'aut' homme qui berçaient son coeur d'une longueur de sonotone... P't êt'e ben qu'il avait la larme au coin de la langue...

Bon, en fin, vous savez ce que c'est : les grands, en général, c'est des sensibles ! I' cachent leurs émotions, mais au fond de leur estomac, y a comme un noeud qui les étreint...

Bon, c'est pas le tout, faut que je retourne à mes moutons...

La bise à tous et surtout à toutes les Groupies qui s'accrochent au Grand comme des berniques au Rocher de Monaco

Le Porte-Plume