Pas de panique ! Pascal ne va pas fort, mais le Grand n'est pas encore moribond. L' est simplement hors service blogesque pour trois ou quatre jours.

Résumé des épisodes des heures précédentes : en matinée de ce vendredi, Pascal a été hospitalisé. La faute à la grippe qui s'est abattue sur lui comme la vérole s'était abattue, en des temps pré-révolutionnaires, sur le bas clergé.

Méchant cocktail, en vérité ! Prenez un être en déficit de défense immunitaire, versez un soupçon de virus insidieux, laissez mijoter deux ou trois jours et agitez à point : les ingrédients d'une bonne poisse sont réunis.

Une complication pulmonaire a justifié l'hospitalisation du Grand malade. Faut pas s'en faire un Monde , ni préparer les mouchoirs ou les faire-parts, à entendre le Grand que je viens d'avoir au téléphone.

L'a le nez comme une trompette, la voix d'une faune qui s'en est mangé des kilomètres dans le fondement, le température d'une chaudière du Titanic après la grande collision, la tête d'un chou farci et le moral d'un chien battu... MAIS à part ces légers désagrements, tout va pour le mieux dans le meilleur des autres  mondes !

Tout ça pour écrire que le propriétaire des lieux, blogeur irrespectueux et pas très respectable de son état, est momentanément indisposé et qu'il renvoie la réponse aux éventuels messages de soutien et autres condoléances anticipées à une date ultérieure qu'il lui est difficile d'estimer... Deux, Trois ou quatre jours ??? P't êt'e ben qu'deux, p't êt'e ben que trois ...

En attendant, votre déjà familier porte-plume oeuvrera si le boss ne coupe pas le contact....

le Porte-plume