Mon histoire avec les mots a débutée trés tôt.

La raison de cette relation avec eux m'est encore inconnue, peut être qu'n jour au détour d'une analyse, l'évidence de l'origine apparaitra.........

Des mots pour rire d'abord, dés l'âge de dix ans aprés avoir assumé les: "comment vas tu ...yau de poêle et toi la matelas ?," vite internationalisés en :"comment vas tu ...yau de poêle et you'l brinner, je me suis retrouvé spécialiste en blagues nulles.

Au point même encore que chaque année pour noêl, je me retrouve avec en cadeau: la compil de ruquier , de roumanoff, ou autres...

Ce qui me fait le plus rire dans cette histoire de cadeau, c'est de mesurer le faible niveau d'imagination de l'offrant, obligé qu'il ou elle est de faire un cadeau, à l'autre grand con, qui est seul a rire de ses conneries .

Les genres: " a bah pascal on sait jamais quoi lui acheter"....Bah ,interesse toi à moi connasse tu verras que ma vie elle ne se réduit pas à bites ,poils ,couilles et sport à la télé.

Oui? Pardon ! Attendez, qq'un m'appelle:

"oui ,je suis votre futur psy, permettez moi de faire un commentaire",

"je vous en prie allez y".

"Je vous lisais et ne prenez pas ombrage de ce que je vais vous dire mais :"ne voyez vous pas en celà, l'effet miroir de l'impression que vous exprimez; N''êtes vous pas simplement enfermé dans un mode réducteur, jetant ainsi à la face de ce monde incrédule, l'image d'un abruti basique centré sur son nombril et éventuellemnt sur sa bite ,si vous vous baissez plus encore.......".................

"Eh oh! Ta gueule toi! L'agitateur de pie mére et dure mére (prendre dictionnaire,rapport au syst nerveux),on a pas garder des cerveaux ensemble! Tu crois que je le sais pas ça !"

"c'est calculé mon pote ,et c'est même le meilleur moyen que j'ai trouvé pour ne pas être e............(oui suis pas pôli ce matin) par les c......"

"C'est bon je peux continuer?"

Je disais donc que cet amour des bons mots m'amena même a vouloir envoyer a Devos un texte sur le cochon et dérivés puisque tout est bon dans le cochon. J'ai d'ailleurs toujours ce texte que je n'ai jamais osé envoyer.(je devais avoir onze ans)

Au fait ,le psy de mes deux (hémisphéres),on fait rire pour se faire voir....

Allez va chercher le nonosse et amuse toi avec ça.....

Je suis devenu progressivement un amuseur publique,foutteur de gueule ,chambreur,branleur(cétait la période),voire insupportable ,ah j'oubliais :chef de classe aussi.....

Aprés la période bac ,vie active avec surdéveloppement de la partie ironie (25ans plus tard ,la seule fois où je me fais viré :

motif de licenciement, et je vous jure c'est vrai, "ironie envers l'entreprise et son représentant ".....

Retour a mes presque 20 ans,je deviens spécialiste du compliment en anniversaire ,en mariage (cf genre le témoin dans quatre mariages et un enterrement),où mon plaisir devient trés égoiste, puisqu'il m'amène une jubilation profonde ,a observer le regard attérré des gens qui me renvoit un truc du genre:

quel pauvre mec celui là,il se croit drôle?????????!!!!!!!!

La vie professionnelle s'écoule et je continue a poser mon regard amusé sur mes collégues ,chefs en les imaginant lors de reunion dans des contextes autres ,et un peu à la tex avery, a surdimensionner les situations .

Et puis ce blog qui m'a amené a :relier les mots, corriger les fautes d'ortho, rythmer ma prose, découvrir la notion jubilatrice, du faire pisser la copie, m'appliquer, alléger, au point même depuis quelques semaines a avoir des félicitations du jury trés critique d'un journaliste ,d'un écrivain, d'une "écrivaine, et d'un ami aussi bon illustrateur qu'écrivain)