Âmes sensibles, coincés du zygomatique, pisses froid, complexés du bulbe: Écartez vous du poste!!!

Changez de blog, allez voir ailleurs, protégez les enfants, bloquez les codes d'accés, fermez les portes et trappes, nous allons aborder un sujet jamais usité par l'auteur. En effet dans ce blog, vous avez pu rencontrer, de la sensibilité, du sexe, de l'amitié, des larmes, de la politique, du cul, du people, mais jamais, nous n'avons abordé le sujet qui fait rire a chaque fois les enfants : Le pipi caca !

Cet article de fond, si j'ose dire, fait suite à une petite mésaventure qui m'est arrivée, hier en allant courir. Je m'en vais donc vous la conter. Ultime précision qui validera mon statut de pseudo journaliste indépendant : mon comité de rédaction (Caroline ,Véro ) a refusé que je raconte cette aventure très personnelle. Rassurez vous je vais essayer de le faire avec élégance même si potentiellement le sujet ne s'y prête pas.

Avez vous lu ce best seller américain intitulé : comment chier dans les bois?

Cet ouvrage écolo, que je vous conseille fortement, m'a été offert il y a deux ans par une bonne amie. Il se veut être l'outil indispensable du savoir se tenir dans la nature, quand des besoins naturels viennent vous solliciter. Mais derrière cet aspect basique se cache un comportement militant sur tous les gestes citoyens, que l'homme pourrait faire pour préserver la planète. Le tout emballé avec humour, distance, pour un livre qui vous fait réfléchir sur notre comportement de demain. Aujourd'hui ce livre servira de prétexte, alibi, ou caution morale à mon délire .

Il faisait beau hier vers neuf heures, lorsque que je suis parti pour un test footing d'une petite heure. Le soleil pointait le bout de son nez, le mien était au vent, imitant avec perfection, le comportement d'un jeune chien qui n'était pas sorti depuis deux jours ...Oui je sais le jeune chien ne se contente pas seulement d'avoir la truffe au vent, sa queue aussi exprime son contentement, mais tel n'est pas le sujet...Tout allait bien donc, quand soudain au bout d'une demi heure une agitation "bas ventral" vint  perturber le  rythme de sénateur que j'avais adopté, ainsi que la sérénité bonhomme que j'affichais depuis le début de cette belle journée. Ma première réaction fut d'imaginer que l'embarras fut ponctuel. Je continuais donc ma route en me disant qu'une légère contraction des fessiers tout en bloquant les abdos, pouvait endiguer l'emmerdement a venir......Quelques mètres plus loin j'eu vite confirmation, qu'il fallait mettre un plan "hors sec", en place avec replis stratégique vers l'endroit d'aisance (ma maison), qui se trouvait dans le meilleur des cas, à trente trente cinq minutes.

Autant dire de suite, malgré ma grande aptitude à la retenue en contexte extrême, je pris de suite une autre option plus rapide, moins confortable, mais sûrement tellement libératrice....En fait, je découvrais dans le cadre d'un jogging ce que l'on peut appeler la "courante"(af,af). A contexte de crise, solution de crise, et là pas le temps d'appliquer les techniques de comment chier dans les bois, données dans le livre précédemment évoqué, puisque je me trouvais en pleine plaine...Dans ces moments là, ce n'est pas l'idée de montrer son cul aux voitures, ou tracteurs de passage qui gênent, c'est toute la logistique de confort qu'il va falloir imaginer pour faire propre et efficace.

ce stade de mon histoire, j'avais j'ai déjà fait demi tour cherchant désespérément "une planque" supérieure à la hauteur d'un épis de blé, tout en marchant de plus en plus sur la pointe des pieds, sachant que ma technique de contraction des fessiers commençait a montrer ses limites.....

Ohhhhhhhhh, ça devient compliqué maintenant, mais j'ai repéré un chemin de bord de route dans lequel, je pourrai m'engager pour laisser une dédicace de mon passage, "à l'abri"  de passants que je pourrai étonner ou surprendre....Je m' y engage donc et c'est là que le comique a rendez vous avec le pathétique ,que la fierté a rendez vous avec la plus grande des humilités, et que l'homme de la ville a rendez vous avec l'homme des bois....Tout en parvenant a achever les derniers mètres qui me séparent  de  mon lieu de villégiature en plein air, je dois vous décrire quelques contraintes techniques :

Un: je porte pour courir un cuissard a bretelles sous mon tee shirt, ce qui et vous me voyez venir, m'obligera a me mettre torse nu pour accéder a la demande d'un public en délire, qui souhaite me voir dans la position de celui qui a trouvé un tréfle a quatre feuilles......

Deux : étant fortement contre la déforestation en Amazonie, je n'ai pas le papier utile a la future prestation scénique.

Ohhhhhhhhh c'est de en plus compliqué ! L'homme des bois est entrain d'entrer en moi et une voix venue du fin fond des traditions usuelles du quinzième siècle me dit: Pascal tu vois les feuilles de choux sur ta droite ? Arrache les, elles t'aideront bientôt.......

Ohhhhhhhhhhhhhh j'en peux plus! Allons y! Oui là c'est bien! Retirer tee shirt, baisser bretelles, flexion des pattes de derrière et ....................Liberation! ! ! ! ! ! 

Cette première et fugace impression de bien être libératoire est vite rattrapée par de grandes question métaphysiques :

m' a t'on vu ? Que faire des feuilles de choux?

Concernant les feuilles de choux, j'ai vite trouvé, sûrement un relent néandertalien .....Eux a l'époque, c'était avec des peaux de bêtes et vivantes en plus (af af). Surtout ne pas regarder ,ne pas se retourner sur ce terrible affront a dame nature  même si certains éco citoyens pourrait y voir une offrande a la fertilité...Car on peut aussi, y voir une approche bio dynamique, et se dire que grâce a moi le terroir de champagne en sortira grandi....

Plus sérieusement, le livre dont je vous ai parlé est bien, mais totalement inadapté en plaine...