DSC_7291DSC_7289Ces deux photos vont surement vous surprendre par rapport a celles que je vous envoie d'habitude mais elles correspondent a deux façons de voir ,d'observer, ou d'envisager les choses.

Elles sont issues du même champ de vision, seul l'auteur est maitre du choix.(ces deux images proviennent de mon parcours pedestre habituel et avaient été faites lors de ma premiére sortie de malade il y a déjà cinq mois......)

Pourquoi autant de sérieux ce soir et vous sortir les photos d'un pylone electrique et de la rosée sur une banale feuille de betterave?

Parce que je sors de deux trois jours de blues (genre déprime ),qui n'en est pas parce que conscient, mais qui m'ont laissé dans un état légumier avancé, que malgré les efforts que je fais depuis le début a ne jamais" livrer "de la déprime j'ai cependant envie de vous décrire les moments de lassitude que l'on peut vivre lorsqu'on est dans ce genre de situation ainsi vous comprendrez mieux les moments de silence d'écriture ou les non envies de répondre au téléphone .

Rassurez vous le plus dur est passé ,j'ai reussi ce matin a me raser et aller marcher une heure et quart a bon rythme ,je me suis remis les idées en place et j'ai réaligné priorités et objectifs.

Alors allons y pour une des  journeés ordinaires d'un malade du cancer en phase guérissante certes; mais malade encore...

Il est cinq heures trente du matin premier grand objectif de la journeé aprés une nuit de merde (couché a neuf heures ,réveillé a une heure,une nuit de transpiration chaud froid due à la chimio):petit déj!Parce que oui il y a des périodes où ton état de"bouche"(forme de pépie effervescente) te donne envie en permanence de bouffer comme pour palier un manque ;de quoi je sais pas mais en tous cas c'est le risque total de prendre x kilos en peu de temps.

Daprés la toubib c'est la cortisone qui fait ça!

Ensuite je viens consulter le blog et le seul fait d'ouvrir le pc me plonge immédiatement dans ma logique de malade.Eh oui si je n'étais pas malade pas de blog ,pas de pc!

Comment suis je ce matin ?

Encore nauséeux ,encore entre deux eaux ,encore envie de rien,qu'est ce que je vais fouttre aujourd 'hui.Rajoutez à celà que caroline travaille et que j'ai de plus en plus le sentiment que le fait de fatiguer vite (intellectuellement et encore plus physiquement )m'écarte de la vie professionnelle.

D'habitude je trouve le courage de passer par dessus tout ça mais aprés cette longue période a porter toute la préssion et malgré la conscience de mon état presque dépressif je n'ai exceptionnellement pas envie ni la force de me battre et paraitre plus beau que je ne suis.

MAIS JE FAIS QUOI LA?Je suis entrain de me rendre compte que malgré mon souhait de vous raconter une journée ordinaire médiocre,j'en suis incapable.

Celà a un coté rassurant je ne suis pas prés au suicide ou au laisser aller (même si cette réalité mélancolique et déprimante existe toujours en filigrane).

Il y a donc deux façons de voir ou d'apprehender les choses:je sais désormais que la mienne est celle du combat contre cette merde.