La vie de l'hopital est faite de rencontre , celle de son voisin peut être un grand moment....

Depuis le début je me suis toujours montré avec mon voisinage de chambrée, cordiale a ma façon, c' est a dire chacun dans sa zone, avec sourire de circonstance pour attester d une civilité certaine.

Mais dans le cas d'espèce , je suis tombé sur un homme des bois. Je vous décris la scène.

Ma radio sur europe 1 est en sourdine, ce qui n'est pas le cas du ronflement sifflement s’échappant des 126 kilos de chair allongée, de mon voisin, bras en croix et bouche ouverte en recherche d un air devenu trop rare pour lui.

Son fils lui est la dans l 'attente du passage du docteur et son diagnostic, visiblement écrit: : un troisieme cycle de chimio pour un cancer renaissant au programme….

La chef de service arrive et le fils lui pose LA  question essentielle

:" mon père va rester dans cette chambre là "(genre «  a deux avec le mec là, en me montrant ?) » !!!!!!

Regard etonné de la chef de service aussi surprise que moi sur cette pertinente question.)

Bon je ne tirerai pas de conclusions hâtives de cette cohabitation naissante, mais le fait de savoir que je sors ce soir va m' éviter de passer une nuit de rêve avec un moteur quatre temps, entrain d' attaquer une pelouse non tondue depuis huit mois et comme je ne suis pas jardinier ça m' arrange.

Je regarde le fils de mon voisin, il a un côté famille adams dans le sourire……..

Sinon question maladie on m' a refait une prise de sang, un, voire trois prelevements sternaux avec notre charmante mme k debout sur mon sternum pour enfoncer l' aiguille et me préciser que la difficulté a rentrer du moment provient du fait que je suis jeune et sportif et que mes cartilages sont durs(si elle connaissait l' etat de mes corps caverneux, elle aurait pour le coup pas de difficultés a sortir l' aiguille………)