Ça y est je l' ai passée ma première nuit à l' hosto!

J'ai découvert l activité médicale nocturne, avec l' infirmière qui vient te peser, ensuite celle qui vient prendre ta température, après c' est une prise de sang etc etc.

Hier comme je me suis couché vers19H30, je me croyais tranquille, mais à 21h,  t' en as un ou une qui débarque pour savoir si ça va. Et puis ce matin, le summum, à 6H la porte s' ouvre, bonjour monsieur, la lumière dans la tronche (genre que faisiez vous dans la nuit du tant au tant……) ,c' est pour une prise de sang! Et que je te piques 9 échantillons au passage.

Avec tout ce que je donne je vais pouvoir alimenter en sang, une bonne partie des pays en voie de développement .

J' exagère a peine. Et puis depuis plus rien et j ai faim moi.

Normalement je sors ce soir, car ma sœur  amène ma mère a qui on va devoir expliquer sans dommage, ce qui m' arrive…….Ça va pas être simple. Dans mes yeux en dix secondes, elle va savoir qui se passe quelque chose.

De toute façon ,je vais lui dire quoi? Je ne sais même pas le niveau de gravite de ma maladie, il y a tellement de paramètres qui rentrent en ligne de compte, notamment mon aptitude a répondre au traitement.

Je vais cependant poser la question essentielle pour moi, même si j' imagine que le réponse sera politiquement et psychologiquement enrobée : « docteur par rapport à votre expérience et tous les éléments que vous avez en votre possession, vous pensez quoi de mon cas, c'est combien le pourcentage de réussite ? »

Quand j y réfléchis, je me dis que malgré ma pseudo décontraction par rapport a ma maladie, j ai même pas ose poser cette question! Peur de la réponse? Ah la nature humaine ! Elle est complexe………..

Bon 8H20 tjrs pas de petit dej, je vous laisse a bientôt